Charles Monnard (1790-1865)

Grandes figures vaudoises


Originaire de Denges et né en 1790 à Berne, où son père tient un café, Charles Monnard accompagne sa mère devenue veuve à Lausanne où il fera désormais sa vie. Elève à l’esprit vif, le jeune Charles se voue à l’étude, avec un sérieux dont il ne se départira jamais. Et c’est dans le but de perfectionner ses connaissances qu’il fonde en 1806, avec quelques camarades, la Société de Belles-Lettres puis, en 1819, le Cercle littéraire.

Consacré pasteur en 1814, Monnard prêchera relativement peu. Il préfère la littérature, qu’il enseigne à l’Académie dès 1817 et, surtout, se passionne pour la politique. Disciple de Frédéric-César de La Harpe, avec lequel il fondera la section vaudoise de la Société suisse d’utilité publique en 1826, Monnard adhère au mouvement libéral, qui s’oppose au gouvernement issu de la période la Médiation et qui, depuis la chute de Napoléon, apparaît de plus en plus conservateur.

Monnard sera dès lors de tous les combats des libéraux, fait partie de l’aventure du Nouvelliste vaudois dès 1824, avant d’en prendre la rédaction en chef dès 1826, ferraille contre l’arbitraire du Conseil d’Etat et dénonce ses atteintes à la liberté de la presse. Mais la politique active le démange: il succède à son mentor au Grand Conseil en 1829, alors que le gouvernement vacille déjà. Privé d’enseignement pour avoir publié un texte de son ami Alexandre Vinet prônant la liberté des cultes, il ne désarme pas, donne des conférences à Genève et s’impose comme l’un des chefs du mouvement libéral, comme président du Grand Conseil ou représentant de son canton à la Diète.

La révolution du 18 décembre 1830 couronne les efforts des libéraux, artisans de la Constitution adopté l’année suivante, quand bien même Monnard ne cache pas son scepticisme envers le suffrage universel. Mais le triomphe libéral est de courte durée, car déjà émerge le courant radical, inspiré par Henri Druey.

Autrefois alliés lorsqu’il s’agissait de défendre la liberté religieuse, Druey, fidèle du philosophe allemand Hegel, et Monnard, proche du libéralisme d’un Adolphe Thiers, ne ne sont pas faits pour s’entendre: leurs visions de l’Etat et de la liberté sont résolument incompatibles.

La rupture est définitive quand éclate la révolution de février 1845. Le vainqueur, Druey, attend des pasteurs, salariés de l’Etat, qu’ils se soumettent docilement à leur employeur. Nombre de pasteurs vaudois refusent et fonderont l’Eglise libre. Monnard, de son côté, est engagé en 1846 à l’Université de Bonn, où il restera jusqu’à son décès, survenu en 1865.

Publié le 1 janvier 2023

Autres publications


Le Bulletin du mois de novembre 2011


Editorial Tenir le cap! Visite-apéro Entraînement du Lausanne Hockey Club le samedi 3 décembre 2011 Soirée annuelle Vendredi 2 décembre 2011 à l’Hôtel Mirabeau, Lausanne Fête de l’indépendance vaudoise Repas festif du 24 janvier 2012...

Lire la suite

1 novembre 2011

Henri Guisan (1874-1960)


À peine leur indépendance proclamée, les Vaudois développent un esprit militaire particulier appelé à symboliser leur patriotisme enfin reconnu. L’érection du “Canton du Léman” en canton égal aux autres octroie au militaire une place centrale...

Lire la suite

1 janvier 2023

Le Bulletin du mois d’octobre 2013


Editorial L’avenir appartient à ceux qui le façonnent Pays de vaud, vu du ciel Concours devinette Visite-apéro École de la construction à Tolochenaz, mercredi 20 novembre 2013 Dossier sur la construction Secteur vaudois de la...

Lire la suite

1 octobre 2013

Le Bulletin du mois d’août 2021


Sommaire  Edito La rentrée s’annonce chaude… Assemblée générale Ordre du jour Sortie d’automne La Provence et la Côte Bleue Débat sur le Fédéralisme Retour sur la soirée Dossier spécial “Le PLR face à son avenir” Regards...

Lire la suite

25 août 2021

Le Bulletin du mois de janvier 2007


Editorial Quelle chance ils ont! Assemblée générale du CDL 1er mars 2007 au Caveau du Café Le Vaudois Visite apéro Chantier naval de la CGN au Port d’Ouchy Visite de la landsgemeinde d’appenzell (AI) Dimanche...

Lire la suite

1 janvier 2007

Félix Vallotton (1865-1925)


Félix Vallotton naît à Lausanne le 28 décembre 1865, d’une mère bernoise et d’un père pharmacien descendant de protestants français. Esprit indépendant, Félix ne souhaite pas renonce à passer son baccalauréat et, à 17 ans,...

Lire la suite

1 janvier 2023