Philippe Jaccottet (1925)

Grandes figures vaudoises


Philippe Jaccottet en 1991 par Erling Mandelmann

Né à Moudon le 30 juin 1925, Philippe Jaccottet se sent très vite aspiré vers la littérature. Installé à Lausanne en 1933 avec sa famille, il compose ses premiers poèmes. Il a 16 ans lorsqu’il rencontre Gustave Roud. Rencontre décisive: sa voie est tracée, il n’en déviera pas.

Etudiant en lettres à l’Université de Lausanne, il écrit une pièce de théâtre puis et fait paraître ses premiers poèmes, comme Elegie, en 1943. Puis c’est le départ à Paris, où l’éditeur vaudois Henry-Louis Mermod lui confie des traductions d’auteurs allemands, qui le fascinent: Thomas Mann, Rilke, Musil. Et première consécration en 1953 lorsque Gallimard publie son recueil L’Effraie. Il rédige aussi des critiques pour la presse romande.

La même année, pour des raisons économiques mais aussi pour s’éloigner du microcosme littéraire parisien, il s’installe avec son épouse à Grignan, dans la Drôme, où il ne cessera d’écrire, de créer, de traduire. Il ne rompt cependant pas avec sa région d’origine, où il conserve de nombreux amis.

Poète du paysage reclus dans la contemplation, à l’abri des vicissitudes d’un monde qui le l’intéresserait pas? José-Flore Tappy, qui a dirigé le volume publié dans La Pléiade, réfute une vision aussi restrictive de l’œuvre de Jaccottet.

Ni conservateur ni révolutionnaire, le poète, peut-être tenté un temps par une forme de nihilisme, ne prôner pas un retour à la nature ou un quelconque non-engagement. Au lieu de se courber devant les idéologies, il préfère entretenir un dialogue constant avec le monde et la littérature. Il aime fouailler les contradictions de la langue, sous une double influence propre aux Romands et qui le nourrit: les cultures française et allemande, qu’il chérit tout autant.

Sa poésie, “propice aux défrichements complexes”, se dévoile ainsi, aux yeux de Christophe Gallaz, comme “rythmée par les mouvements les plus incertains qui façonnent l’être en profondeur, s’érigeant de la sorte en machine de guerre contre tous les autocrates en vigueur autour de nous”.

Son travail de traducteur prend ainsi une nouvelle dimension: Jaccottet apparaît comme un homme du passage, à l’intersection de différents univers. Comme le suggère J.-F. Tappy dans Le Temps, il peut être comparé à un Claudio Magris “par cette indépendance d’esprit, cette identité de la frontière, où la marge crée un décalage fécond”.

Largement reconnu par le public lettré, objet d’une septantaine de mémoire de licence et d’une vingtaine de thèses de doctorat, Prix Rambert en 1956, Philippe Jaccottet appartient désormais au cercle étroit de la quinzaine d’auteurs à avoir été publiés dans La Pléiade de leur vivant.

  • Le Temps du 15.2.2014, L’Hebdo du 13.2.2014, Le Matin-Dimanche du 16.2.2014, 24 Heures du 20.2.2014
  • L’œuvre poétique complète de Philippe Jaccottet est sortie en février 2014 dans La Pléiade, chez Gallimard (édition établie par José-Flore Tappy, avec Hervé Ferrage, Doris Jakubec et Jean-Marc Sourdillon ; préface de Fabio Pusterla)
Publié le 1 janvier 2023

Autres publications


Le Bulletin du mois de mai 2020


Edito Avant, pendant et après… Débat politique Une politique écologique de droite est-elle réellement possible? Rendez-vous culturel Visite du rucher école de la Picholette Sortie d’été Du lac de Thoune à l’Emmental Lettre ouverte La...

Lire la suite

6 mai 2020

Félix Bonjour (1858-1942)


Né en 1858 à Vevey, Félix Bonjour est le fils de Louis Bonjour, ami d’Eytel et de Louis Ruchonnet et conseiller d’Etat de 1866 à 1873. Il entreprend des études de lettres à l’Académie de...

Lire la suite

1 janvier 2023

Le Bulletin du mois de mai 2014


Editorial Polémique et vieilles bouteilles Visites-apéros Les jeudis 12 ou 19 juin 2014 à 17h à la Brasserie Docteur Gab’s, Savigny Dossier sur la bière La bière à travers l’histoire Ingrédients de base de la...

Lire la suite

1 mai 2014

Le Bulletin du mois d’octobre 2009


Edito Ce que l’histoire en dit et en dira Actes du colloque art et politique Mercredi 18 novembre 2009 à 18h30 au Caveau du Café Le Vaudois Soirée de fin d’année… “russe”! Vendredi 4 décembre...

Lire la suite

1 octobre 2009

Le Bulletin du mois de février 2016


Editorial Communiquez, communiquez qu’ils disaient… Match aux cartes Mardi 8 mars 2016 à 19h, salles du Cercle au sous-sol du Vaudois Assemblée générale 2016 Mercredi 23 mars 2016 à 20h15 à l’Hôtel Mirabeau, Lausanne Dossier...

Lire la suite

1 février 2016

Le Bulletin du mois de novembre 2006


Editorial Pascal Petter Soirée de gala Le 30 novembre 2006 à l’Université de Lausanne Soirée annuelle Samedi 9 décembre 2006 dès 19 h au Lausanne-Palace Dossier “le préfet vaudois” Le préfet vaudois dans le cadre...

Lire la suite

1 novembre 2006