Jean-Louis-Benjamin Leresche (1800-1857)

Grandes figures vaudoises


Né en 1800, originaire de Ballaigues, Jean-Louis-Benjamin Leresche est un représentant particulier du jeune radicalisme. Licencié en théologie de l’Académie de Lausanne, Zofingien pendant ses études, Leresche appartient à une sorte de bohème qui s’enchâsse dans le flanc gauche du parti vainqueur de la Révolution de 1845. Si Delarageaz, Meystre et Eytel, eux aussi issus de cette mouvance gauchisante, s’entendent à subordonner leurs convictions politiques aux réalités d’un pouvoir auquel il aspirent fondamentalement, d’autres radicaux continueront à végéter dans une nébuleuse idéologique incertaine, mais pas sans influence sur la marche du parti. Leresche est l’un d’eux.

Dans ce groupe, plusieurs figures intéressantes méritent d’être évoquées. Georges Kehrwand d’abord, frère de l’avocat et futur conseiller national Vincent Kehrwand, riche commerçant, élu député peu avant que la mort ne l’enlève, en 1842. Seul radical que l’on puisse réellement rattacher au courant fouriériste, il consacrera sa fortune à l’édification d’ateliers nationaux et peut-être de phalanstères, sur le modèle de ceux inventés par son philosophe de référence. Plus turbulent, Jean-Pierre Luquiens est un agitateur, rédacteur du journal satirique Le Grelot; il tâtera de la geôle à la veille de la Révolution et, libéré au terme des journées de février, il sera porté en triomphe par les Lausannois, puis envoyé sur les bancs du Grand Conseil. Samson Milliquet enfin, élu en 1842 déjà syndic, puis député, de Pully, est lui aussi solidement ancré dans cette « ultra » gauche radicale. Peut-être fondateur d’un club communiste, avec Delarageaz et Kehrwand, proche de Mazzini qu’il côtoie au sein de la Jeune Suisse, il se préoccupe particulièrement des questions scolaires, comme Leresche d’ailleurs.

Leresche aussi fréquente le mouvement mazzinien (contrairement à Druey), avant de s’acoquiner avec le monde interlope des réfugiés allemands en séjour à Lausanne. Il y rencontre notamment l’anarchiste allemand Wilhelm Marr, qui prétendra abusivement avoir joué un rôle majeur lors des journées révolutionnaires. Lorsque celui-ci est expulsé, en 1847, par le gouvernement radical, qui doit à tout prix donner des gages de sa sévérité envers les réfugiés, il commet un pamphlet assassin contre les chefs radicaux, Druey, Delarageaz, dont il dénonce les visées communistes. Le second nommé avait en effet partagé avec nombre d’émigrés allemands ses sympathies communistes. Seul Leresche échappera à la vindicte de l’exclu, adepte de l’anarchisme individualiste professé par Max Stirner… Leresche était-il pour autant anarchiste? On ne peut pas l’affirmer. Esprit plutôt exalté, il est surtout un écorché vif, attiré par la révolte plutôt que par la construction d’un système, d’un régime. Actif, dans les coulisses, lors de la Révolution de 1830, puis lors de celle de 1845, il disparaît lorsque sonne l’heure de l’organisation!

Plus que la philosophie anarchiste ou hégélienne, c’est la personne de Druey qui le fascine. Il en sera la premier biographe et une amitié sincère unira les deux hommes, qui ont siégé ensemble au comité de l’Association nationale. L’un des principaux animateurs des assemblées populaires qui paveront la route vers la Révolution, habile à les convoquer pour faire pression sur le Grand Conseil en train de rédiger la nouvelle charte cantonale, chancelier du gouvernement provisoire en 1845, Leresche a toutefois régulièrement besoin de l’appui de son ami pour trouver de l’embauche. Druey tente même de le recommander au gouvernement bernois pour un poste d’enseignant, mais sans succès. Leresche, traducteur au Dictionnaire géographique et statistique de la Suisse de Lutz, vivra longtemps du journalisme. Rédacteur par intérim du Nouvelliste vaudois, il anime divers journaux satiriques vaudois, comme le Charivari vaudois. Ces feuilles, d’après Druey, n’atteindront jamais le niveau de leurs modèles français… « Ame damnée » du futur conseiller fédéral, selon l’affirmation d’un conservateur démis de ses fonctions en 1845 et viscéralement antiradical, Leresche est engagé comme maître à l’Ecole normale en 1847. Il ne détiendra qu’un seul mandat politique: conseiller communal à Lausanne. Il décède en 1857.

© Olivier Meuwly, Lausanne 2003

Publié le 1 janvier 2023

Autres publications


Félix Vallotton (1865-1925)


Félix Vallotton naît à Lausanne le 28 décembre 1865, d’une mère bernoise et d’un père pharmacien descendant de protestants français. Esprit indépendant, Félix ne souhaite pas renonce à passer son baccalauréat et, à 17 ans,...

Lire la suite

1 janvier 2023

Le Bulletin du mois de février 2005


Editorial Après les cérémonies du 24 Janvier… Débat du 23 février 2005 Le radicalisme à la reconquête de son pouvoir perdu Assemblée générale ordinaire Jeudi 10 mars 2005 à 20 h 30 Débat L’écologie est-elle...

Lire la suite

1 février 2005

Le Bulletin du mois d’avril 2009


Edito Alors sachons raison garder, avec ou sans chauffeur Visite-apéro L’entreprise Medtronic, Tolochenaz, le mardi 12 mai 2009 à 18h00 Dossier: “le 24 janvier” Le 24 janvier, un événement vaudois Du 24 janvier au 14...

Lire la suite

1 avril 2009

Le Bulletin du mois de février 2009


Edito Quelles nouvelles du front? Assemblée générale 2009 Jeudi 12 mars 2009 à 20h15 dans les salles du CDL Visite-apéro Dimanche 29 mars 2009 dès 13h45 à la Fondation l’Hermitage Nouveau! Apéro sous la tonnelle...

Lire la suite

1 février 2009

Le Bulletin du mois de novembre 2008


Edito Équilibre entre liberté et Etat Actes du colloque lecomte Sortie officielle et apéritif Soirée de fin d’année Vendredi 5 décembre 2008 dès 19h à l’Hôtel Mirabeau, Lausanne Dossier sur la police Police de sûreté...

Lire la suite

1 novembre 2008

Le Bulletin du mois d’août 2014


Editorial Commémorer le souvenir et… le présent Débat sur les étrangers Jeudi 18 septembre à 19h dans les salles du CDL à Lausanne Vendange-apéro Vendredi 26 septembre 2014 à 11h à Chexbres Sortie d’automne en...

Lire la suite

1 août 2014