Paul-René Martin (1929-2002)

Grandes figures vaudoises


Né en 1929 à Lausanne, Paul-René Martin se lance dans des études de droit en même temps qu’il devient Helvétien. Titulaire d’une licence en droit de l’Université de Lausanne, il se tourne ensuite vers l’enseignement privé, puis accepte le poste de chef de l’administration et du personnel de la Station fédérale de recherches agronomiques. Il entre ensuite au service de l’Etat, comme secrétaire général du Département de l’agriculture, de l’industrie et du commerce, que dirige alors le radical Edouard Debétaz. En parallèle, il entame une carrière politique, à l’échelon communal. Elu conseiller communal de sa ville natale en 1966, il est appelé à la Municipalité en 1976. Opposé à un municipal démocrate-chrétien, il l’emporte de justesse devant le Conseil communal. Cette affaire sonnera le glas de l’élection des édiles par les organes délibérants communaux, confiée peu après au peuple.

Martin dirige pendant cinq ans les services industriels de la ville, avant de succéder à Jean-Pascal Delamuraz à la syndicature, en 1981. Il reste en fonction jusqu’en 1989 et marquera son époque par son engagement inconditionnel en faveur du rayonnement culturel de la capitale vaudoise. Sous son égide, le Théâtre de Vidy est mis entre les mains du metteur en scène allemand Thomas Langhoff, l’opéra de Lausanne est doté de moyens qui lui permettent de concevoir d’authentiques saisons lyriques, puis Maurice Béjart est accueilli à Lausanne. Dans un autre registre, il réussit à mettre un terme à la crise ouverte au début des années 80 par des mouvements de la jeunesse contestataire, qui revendiquaient un centre autonome: l’ère de la Dolce vita va démarrer.

Martin veut aussi bétonner l’aura sportive que possède Lausanne comme centre administratif du mouvement olympique. Mais les succès qu’il a accumulés dans sa politique culturelle ne se répètent pas. Alors que Lausanne s’apprête à déposer sa candidature pour l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 1994, les écologistes lancent un référendum, qui est accepté en votation populaire. Cet échec incite le syndic à se retirer; la socialiste Yvette Jaggi lui succède. Paul-René Martin sera également député au Grand Conseil, de 1978 à 1987, où il tente d’adopter une position médiane par apport à la question des économies d’énergie qui commence à défrayer la chronique dans le sillage des deux chocs pétroliers, et conseiller national, de 1987 à 1991. Il préside le parti radical vaudois de 1980 à 1984.

Martin représente un radicalisme très citadin, par son approche plus « gauchisante » des problèmes sociaux et écologiques. Il refuse, à l’instar de son ami Raymond Junod qui s’impose au Conseil d’Etat et au Conseil national, de faire la part trop belle à l’économie et privilégie l’équilibre des intérêts, sous le magistère de la culture. Car Paul-René Martin apparaît comme une figure originale du radicalisme vaudois par son amour pour la poésie, socle des ambitions culturelles qu’il affiche pour sa ville. Auteur d’un recueil de poèmes paru en 2000, Pensées vagabondes, il laisse par la même occasion transparaître ce qui cisèle son « radicalisme de gauche ». Volontiers porté à la méditation, ses vers expriment une sensibilité philosophiquement romantique, chantant la « logique de l’illogique », « l’être libre de vivre pour lui-même ». Un sentiment romantique qui ressurgit lorsque l’ancien syndic affirme que « le rêve est permis devant l’étang des lois et des conventions »: l’harmonie demeure inexorablement l’objectif ultime, au-delà du chaos du réel. Cette dimension romantique, qu’il aurait sans doute approfondie dans un texte à peine amorcé au moment de son décès, n’a-t-elle pas orienté le syndic poète, en définitive, vers des contrées peut-être trop éloignées de la synthèse hégélienne, entre rationalisme et romantisme, que Druey postulait plus de 150 ans auparavant? Paul-René Martin est enlevé brusquement au printemps 2002.

© Olivier Meuwly, Lausanne 2003

Publié le 1 janvier 2023

Autres publications


Le Bulletin du mois de septembre 2008


Edito Bonne rentrée politique! Colloque politique Art et politique dans le canton de Vaud au 19ème siècle Dossier spécial Les salles de spectacles lausannoises Compte rendu Les radicaux font leur rentrée politique Matinée du 21...

Lire la suite

1 septembre 2008

Jean-Louis-Benjamin Leresche (1800-1857)


Né en 1800, originaire de Ballaigues, Jean-Louis-Benjamin Leresche est un représentant particulier du jeune radicalisme. Licencié en théologie de l’Académie de Lausanne, Zofingien pendant ses études, Leresche appartient à une sorte de bohème qui s’enchâsse...

Lire la suite

1 janvier 2023

Le Bulletin du mois d’août 2010


Editorial Sous les feux de la rampe… ou des électeurs? Visite apéro Visite du Musée romain de Vidy le mercredi 15 septembre 2010 à 18h00 Sortie d’automne Haut-Valais, samedi 9 octobre 2010 Dossier sur lovsonna...

Lire la suite

1 août 2010

Le Bulletin du mois de mai 2019


Edito Vous avez osé… Hommage à Pascal Petter par Olivier Meuwly Soirée-débat “Démocratie directe: quelles limites pour la majorité?” Apéros sous la tonnelle Chardonne Rendez-vous culturel La villa “Le Lac” de Le Corbusier A la...

Lire la suite

20 mai 2019

Le Bulletin du mois d’août 2013


Editorial Il sommeille en nous! Pays de vaud, vu du ciel Concours devinette Visite-apéro Le jeudi 12 ou le jeudi 19 septembre à 18h00 au Château de Morges, “Exposition sur les services secrets” Dossier sur...

Lire la suite

1 août 2013

Le Bulletin du mois de novembre 2007


Editorial Parlons de nous en bien! Colloque Journée consacrée à Ferdinand Lecomte, 1er décembre 2007 Soirée annuelle Samedi 1er décembre 2007 dès 19h au Lausanne-Palace Dossier sur l’apprentissage Apprentissage: côté pratique A l’encre sympathique… Hommage...

Lire la suite

1 novembre 2007