Félix Vallotton (1865-1925)

Grandes figures vaudoises


Félix Vallotton naît à Lausanne le 28 décembre 1865, d’une mère bernoise et d’un père pharmacien descendant de protestants français. Esprit indépendant, Félix ne souhaite pas renonce à passer son baccalauréat et, à 17 ans, s’embarque pour Paris pour s’adonner à sa grande passion: la peinture, qu’il étudie au cours Julian avant d’être admis aux Beaux-Arts.

Ses débuts dans la carrière artistique sont, comme il se doit dans le Paris bohème de la fin du XIXe siècle, difficiles. Personnalité complexe, “aspirant au bonheur mais se régalant de souffrance”, selon Marina Ducrey, Vallotton laisse son humeur vagabonder sur les ondes de la mélancolie, le mal du temps.

Proche des milieux anarchistes, il gagne sa vie en rédigeant des critiques pour la Gazette de Lausanne et accumule les portraits, notamment de notables vaudois, comme Antoine Vessaz, le puissant ami de Ruchonnet. Le canton de Vaud, il ne l’oublie pas et y revient chaque été, mais c’est à Paris qu’il veut percer.

Membre dès 1888 du groupe des nabis et de leur “art libéré de la servile imitation de la nature” (M. Ducrey), il y côtoie ses amis Bonnard et Vulliard, et collabore avec la Revue Blanche, organe de l’avant-garde. Sa renommée prend désormais son envol, grâce à ses célèbres gravures sur bois.

Naturalisé français en 1899, il fait son entrée dans la haute bourgeoisie, au grand dam de plusieurs de ses amis, par son mariage avec Gabrielle Rodrigues-Henriques, déjà mère de trois enfants. Ses beaux-frères ne contribueront pas peu à sa notoriété, en acquérant nombre de ses œuvres.

En 1907, il conquiert son pays d’origine, par l’intermédiaire des deux éminents collectionneurs, les époux Hahnloser, de Winterthour. En même temps, son travail connaît une importante inflexion: les paysages tendent à occuper un espace croissant dans sa production. Honfleur, où il séjourne régulièrement, devient l’une de ses sources d’inspiration.

1914 consacre Vallotton dans sa terre natale: Lausane lui réserve sa première exposition personnelle. Mais lui inflige une pénible déconvenue, qui le laisse meurtri: volontaire dans l’armée de son pays d’adoption, il est refusé, à cause de son âge. Il peindra alors plusieurs scènes de guerre, dont il montre l’horreur. Le soleil du sud l’attire désormais et il habite maintenant à Cagnes.

Atteint d’un cancer, il décède le 28 décembre 1925. Artiste polymorphe, Vallotton laisse 1700 peintures, 200 gravures, des centaines de dessins et illustrations de presse, des sculptures, des articles, des romans et deux pièces de théâtre, montées en 1904 et 1907.

Marina Ducrey, Vallotton, Milan, Cinq Continents, 2007

Publié le 1 janvier 2023

Autres publications


Le Bulletin du mois de février 2022


Le Bulletin du mois de février du CDL aborde le sujet des élections cantonales : Les cantonales 2022, le PLR à l’assaut ! Les arrondissements Sommaire  Edito Tous aux urnes Dossier spécial “les cantonales 2022, le PLR...

Lire la suite

5 avril 2022

Le Bulletin du mois de novembre 2007


Editorial Parlons de nous en bien! Colloque Journée consacrée à Ferdinand Lecomte, 1er décembre 2007 Soirée annuelle Samedi 1er décembre 2007 dès 19h au Lausanne-Palace Dossier sur l’apprentissage Apprentissage: côté pratique A l’encre sympathique… Hommage...

Lire la suite

1 novembre 2007

Le Bulletin du mois d’octobre 2013


Editorial L’avenir appartient à ceux qui le façonnent Pays de vaud, vu du ciel Concours devinette Visite-apéro École de la construction à Tolochenaz, mercredi 20 novembre 2013 Dossier sur la construction Secteur vaudois de la...

Lire la suite

1 octobre 2013

Ferdinand Porchet (1878-1951)


Né en 1878, Ferdinand Porchet accomplit toute sa carrière professionnelle, puis politique, dans le sillage d’Ernest Chuard, dont il est le protégé. Après des études de chimie, qu’il parachève par un doctorat en 1897, il...

Lire la suite

1 janvier 2023

Le Bulletin du mois de novembre 2010


Editorial Libéralisme: les temps sont durs Colloque “le libéralisme suisse: son histoire, sa nature, son avenir” Journée d’étude du 12 et 13 novembre 2010 à Berne Soirée de fin d’année Vendredi 3 décembre 2010 dès...

Lire la suite

1 novembre 2010

Félix Bonjour (1858-1942)


Né en 1858 à Vevey, Félix Bonjour est le fils de Louis Bonjour, ami d’Eytel et de Louis Ruchonnet et conseiller d’Etat de 1866 à 1873. Il entreprend des études de lettres à l’Académie de...

Lire la suite

1 janvier 2023